Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 14:16

Comme le titre l’article de Forum de Fuchs, http://forumchampigny.com/  "un vote clair une mobilisation molle", la teneur de l’article n’est pas sans me rappeler ce que nous écrivions ici il y a déjà 5 ans http://pcona.over-blog.com/article-limite-champigny-118447673.html à savoir que pour mieux vendre leur maison ou appartements, tous les habitants en limite de villes voisines mettent dans leur annonce "limite Joinville, Saint Maur ou Nogent",  on n’a jamais vu un joinvillais ou nogentais écrire « limite Champigny », la palme d’or de l’absurde revenant à Saint Maur dont certains habitants voulaient retirer le nom de Champigny de la gare qui dévalorisait leurs biens.

De la à parler de mobilisation mole avec 54% de votant, c’est un score que certains aimeraient bien à avoir dans des élections locales, surtout quand il s’agit d’élections partielles non médiatisées par un enjeu national!

Quant au résultat s’il est sans appel, il dénote bien d’un réel malaise qui pourrait se traduire par un souhait de sécession par de nombreux autres quartiers qui pourraient se considérer comme à la fois délaissés et vache à lait de la fiscalité locale, et sans qu’il ne s’agisse de monter les uns contre les autres, le concept du « vivre ensemble » commençant de plus en plus à sonner creux.

Que l’on y prenne garde, car Champigny pourrait à terme effectivement se retrouvé limité au Bois l’Abbé, aux Mordacs et au Centre Ville.

Le Bois l’Abbé pourrait bien être proposé à Chennevières qui en détient déjà une partie pour aider cette ville à combler une partie de son déficit de logements sociaux, mais Coeuilly pourrait demander à être rattaché au Plessis Trevise, qui a gardé un esprit village, plus qu’à Villiers qui a aussi ses propres difficultés et bétonne actuellement largement, ce qui n’est pas dans l’esprit « village » de Coeuilly.

En revanche, le Plessis accueillerait avec plaisir les habitants de Coeuilly, il ne resterait plus qu’à en négocier les conditions, comme par exemple 10 ans d’exonération de taxe foncière.

Cela peut sembler pour certains beaucoup, mais c’est exactement ce dont bénéficient les nouveaux propriétaires qui entrent en accession sociale !

Quant à la répartition sociologique et la « gentrification » ou la « boboïsation » tant redoutée par la municipalité et qu’elle tente de freiner par tout moyen pour éviter une issue électorale à la Montreuil ou à la Saint Denis ou l’arrivée de classes moyennes et moyennes supérieures a obligé les municipalités à évoluer au risque de disparaitre, rassurer-vous, Champigny est encore loin d’être rentré dans la moyenne francilienne.

Si le nombre d’ouvriers est passé sous la barre des 20% et que le nombre d’employés reste à 30%, celui de cadres n’est que de 17% et celui de de chefs d’entreprises, commerçants et artisans n’est que de 7% en ligne avec le taux régional.

En revanche, le taux régional moyen de cadres est de plus de 20% et celui d’employés de 26,6% et d’ouvriers de 16,6%, soit un taux campinois de «3,5 % supérieur sur ces deux catégories professionnelles et 3 points de moins pour les cadres.

Il y a donc encore certainement un effort à faire pour attirer les CSP+ ne serait-ce que pour revenir dans la moyenne régionale (je ne parle pas d’avoir les taux d’Issy les Moulineaux ou du 92).

Or ce sont bien les classes moyennes et supérieures qui consommeront local, se cultiveront local, mettront leurs enfants à l’école locale, paieront leurs impôts localement !

Ne scions pas la branche sur laquelle nous sommes assis, Champigny a des atouts (bords de Marne, foncier disponible, cadre de vie, habitat pavillonnaire.. et 2 gares du grand Paris qui arrivent ), à nous de faire que ces futurs nouveaux habitants nous préfèrent aux villes voisines…

Toutes les villes n’ont pas les moyens d’avoir 70% de logements sociaux comme Orly, car toutes les villes n’ont pas la rente de l’aéroport qui dope les recettes. Mais si l’on n’y prend pas garde par des propositions et mesures adaptées, on y arrivera par le seul retrait des zones pavillonnaire !

Île-de-France : les cadres, ouvriers, artisans, employés

Données 2014

Actifs de 15 à 64 ans

% des actifs de 15 à 64 ans

Moyenne des régions

Agriculteurs exploitants

5 472

0,9 %

6,0 %

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise

286 948

6,3 %

7,5 %

Cadres et professions intellectuelles supérieures

1 654 961

20,1 %

9,5 %

Professions intermédiaires

1 559 400

28,5 %

22,7 %

Employés

1 623 816

26,6 %

27,1 %

Ouvriers

860 439

16,6 %

26,5 %

Partager cet article
Repost0
19 février 2018 1 19 /02 /février /2018 23:44

Après les 182 communes nouvelles regroupant 576 communes actées sur la seule année 2017, venant s'ajouter aux centaines d'autres de 2015 et 2016 notamment, un mouvement de fond visant à renouveler et consolider ce modèle communal auquel nous tenons tant, s'étend sur le territoire national et commence à toucher l'Ile de France. 

Dans notre Région donc, y travaillent également Saint-Germain en Laye et ses voisines, Issy les Moulineaux et Boulogne Billancourt (les deux villes étant elles-mêmes issues déjà de deux mariages antérieurs avec Les Moulineaux et Billancourt), et bien d'autres encore dont Evry et Courcouronnes à l’initiative (entre autres) de Stéphane Beaudet à qui j’emprunte ces propos.

Le courage politique et la lucidité deviennent contagieux sur de nombreux territoires en proie au décrochage ou qui assument une ambition forte d'excellence en faveur des habitants. Parfois même les deux https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_projets_de_communes_nouvelles

Et si les deux villes jadis rivales se rapprochaient ? Cela permettrait à Saint Maur de régler ses problèmes de respect de la Loi SRU, à Champigny de combler une partie de son déficit d’image, d’éviter de perdre le quartier de Polangis, et demain que Coeuilly aille chercher au Plessis ou ailleurs…

Cela permettrait d’éviter que les meilleurs éléments campinois n’aillent tous passer leur bac à Saint Maur, sous prétexte d’option rare ou de langue qui n’existe qu’outre Marne…

Cela permettrait de faire deux pierres d’un coup, aux deux villes de mutualiser leurs moyens et leurs ressources, elles ont déjà un député commun et une gare commune qui s’appelle déjà Champigny-Saint Maur.

Bien sûr, il faudrait convaincre une partie des deux fois 49 élus de se saborder, et convaincre les municipalités en place (et parfois bien en place)… Mais le Territoire n’est pas le bon échelon de l’intercommunalité, et une ville de 140 000 habitants au lieu de deux de 70 000, cela donnerait de l’ampleur, de la force, de la crédibilité… Et l’avenir ne se regarde pas dans le rétroviseur, il faut regarder l’intérêt commun… Si Saint Maur veut bien de nous, tout comme la RFA s’est ouvert à la RDA.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 15:45

Dur, dur, parfois de passer 4 ou 5 heures en conseil municipal jusqu’à une heure du matin, parfois plus tard, pour attendre les 5 mn où on interviendra sur un point particulier, et écouter de longs monologues, parfois truffés de contre-vérités ou de polémiques politiciennes !

Ces comptes-rendus sont publics, affichés sur les murs extérieurs de la Mairie, et également disponibles sur le site de la ville (avec parfois moult retard).

On pourra lire par exemple ici mon intervention le 29 mars dernier sur le projet de création d'une médiathèque à la cité du bois l'abbé en remplacement de la bibliothèque du quartier pavillonnaire de coeuilly.

Mais ces séances, sont également parfois au détour d’une phrase, l’occasion de régler des comptes avec quelques contre-vérités, ou informations tronquées ou sorties de leur contexte, comme j’ai pu déjà le faire par exemple ici même, lorsque dans une tribune, le Maire communiste a pu déformer mes propos.

à lire page 26, et page 30 et 31 du compte rendu du Conseil Municipal du 1er février, ou encore pages 34 et 35 (sur 48 ) de celui du 29 mars, pages reproduites ci-après

Partager cet article
Repost0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 13:14

D'après le site www.cadreville.com, voici près de 7 ans que la Ville et le SAF préparent le terrain des opérations Verdun et Carnot. A présent, le temps presse :

l'expiration de la convention de portage foncier en 2018 pousse la collectivité à amorcer une phase opérationnelle dès cette année.

Avec cette complexité supplémentaire que tous les terrains n'ont pas été acquis par le SAF : 8 parcelles privées n'ont pas encore pu être acquises, et devront l'être directement par les promoteurs.

En tout, à travers les deux îlots de la place Lénine, ce sont 9 498 m² de terrains qui pourront être construits : 6 118 m² au niveau de l'îlot Verdun, et 3 380 m² de l'îlot Carnot. Une double opération qui devront respecter le futur règlement de PLU, actuellement en cours de révision, ainsi que la nouvelle OAP ville - le document d'urbanisme a été arrêté en juillet 2016, et vise une approbation définitive au printemps 2017.

Un projet clé pour le centre-ville

Le site de projet ne se situe qu'à quelques centaines de mètres de la future gare du Grand Paris Express de Champigny-Centre, attendue pour 2022. La commune voit donc dans ce quartier un intérêt stratégique de recomposition. Indépendamment de l'appel à promoteurs, la Ville prépare la rénovation des espaces publics, à commencer par la place Lénine elle-même. Si elle ne demandera pas aux opérateurs de réaliser la moindre voirie, ni même de participer financièrement à leur réorganisation, une taxe d'aménagement majorée a bien été mise en place, à hauteur de 15% - celle-ci doit permettre de financer le nouveau groupe scolaire Centre-Ouest. En fonction des négociations, les candidats pourront lui préférer l'établissement d'un projet urbain partenarial (PUP).

Logements, bureaux, commerces, équipements

Compte tenu de l'importance des îlots Verdun et Carnot dans le renouveau du centre-ville, la Ville a d'ores et déjà cadré les éléments programmatiques des projets immobiliers. Les logements privés répondront à la charte communale. Pour le reste, il est demandé aux groupements (avec architectes) de prévoir une importante programmation commerciale. La commune planche depuis plusieurs mois sur la question avec la Semaest. Environ 2 300 m² sont attendus au niveau de l'îlot Verdun, notamment pour y relocaliser le Monoprix. Un parking en sous-oeuvre de 150 places doit également être réalisé - il sera géré par la suite par un opérateur privé.

Environ 1 000 m² de SDP doivent également être trouvés dans le programme pour y loger des équipements publics. Le PLU laisse également entrevoir un linéaire de commerces et boutiques sur l'îlot Carnot, en RDC de la place, de la rue du Marché et de la rue Albert Thomas. Les candidats pourront également proposer la réalisation d'une coque de 1 000 m², qui pourrait éventuellement abriter la halle de marché. Enfin 1 500 m² de bureaux et services sont attendus.

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 21:52
Transports durables ? Peut mieux faire !

Même si la municipalité a fini par adopter l'Autolib à Champigny qui figurait clairement dans le programme municipal de Champigny Alternance, il reste encore beaucoup à faire pour réconcilier notre ville avec l'Ecologie et les transports durables.

Déjà, entrer dans la logique marchande d'Autolib a été une dure concession pour l'aile la plus à gauche de notre équipe municipale.

Mais il reste encore tant à faire en matière de modes doux, de partage de la voirie et de l'espace public, de respect entre chaque usager et notamment les plus fragiles (vélos, poussettes, piétons...).

Il sera toujours difficile de partager l'espace dans une ville qui manque de moyens et rechigne à s'en doter, qu'il soient financiers où qu'il s'agisse de la police municipale. Quand les trottoirs restent inadaptés, même à proximité des écoles, ou quand nos trottoirs ne sont pas jonchés d'immondices, comment circuler ?

L'expérience des assises de la mobilité (tout comme celle des rencontres des élus chez l'habitant), a été à grand renfort de moyens financiers et de frais de consulting, dans certains quartiers un échec comme à Coeuilly- Village Parisien ou aux Mordacs. A peine une demi douzaine d'habitants avec 4 élus pour plancher sur le mode de déplacements de demain de familles virtuelles sous formes d'avatars pour imaginer les transports avec le Grand Paris.

Pour que Champigny avance et se modernise, il faut s'ouvrir, sans tabous, à ce qui marche chez nos voisins, ainsi qu'à l'économie de marché, et non plus user jusqu'à la corde les vieilles recettes.

Dans le projet de réfection du Pont de Nogent, toutes les communes limitrophes ont trouvé un accord, quel que soit leur bord politique, et le projet avance.

La ville voisine de Bry sur Marne vient d'économiser 250 000 € par an juste en changeant son mode d'éclairage de la ville en dotant ses lampadaires de LED, soit 2500 ampoules amorties en moins de 4 ans et qui consomment 3 fois moins !

A Champigny, cela reste anecdotique et la politique des petits pas ! On va embêter un commerçant parce qu'il a une enseigne lumineuse qui indique son commerce, mai aucune politique d'envergure de modernisation de la ville. On sait dépenser plus (comme pour l'enlèvement des ordures ménagères), mais pour un service moindre, sans parler du tout à l'égout ou de la fibre qui n'avancent pas... Il y a pourtant tant à faire. Et si l'on dépensait mieux?

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 23:50
Le boulanger de Coeuilly rend les armes

Sujet abordé plusieurs fois ici depuis de longs mois http://pcona.over-blog.com/2014/05/le-boulanger-de-coeuilly-se-meurt.html le combat du boulanger de Coeuilly était méritoire.

Hélas cette fois ci, le boulanger des écoles et ce malgré des cris d'appel au secours, a décidé de rendre les armes au 31 décembre. Dégoûté par le sort que lui réserve la ville et ce malgré de nombreux soutiens et l'un des meilleurs pains du quartier, celui-qui se bat pour sa survie depuis si longtemps jette l'éponge. La question n'est plus ce que l'on peut faire pour lui, mais par qui va-t-il être remplacé. Des marchands de sommeil de l'Est ou d'ailleurs? (comme dans tant de maisons vendues dans le quartier désormais), ou un petit commerce (boulanger, épicerie de quartier...) pourra-t-elle s'implanter ? La question se pose et la piste mûrit. Pour cela, il faudrait que la ville exerce son droit de préemption comme elle l'a fait pour sauver la librairie du centre ville. Encore faudrait-elle qu'elle ait une vraie volonté (et les moyens?) de sauver le petit commerce de proximité. Pourtant, cela existe dans d'autres villages où la mairie à mis la main à la poche pour sauver les derniers commerces locaux. Oui, mais c'est plus loin, bien plus loin de Paris...

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 19:17

ext.jpgMalgré des initiatives intéressantes http://pcona.over-blog.com/article-creation-d-entreprises-a-champigny-118136565.html et avec un taux d'emploi de 0,5 emploi pour un actif (même Fontenay sous bois est à plus de 1) http://pcona.over-blog.com/article-creation-d-entreprises-a-champigny-118136565.html , on est loin du compte et le rééquilibrage parisien est ouest n'est pas gagné. Article intéressant néanmoins sur le déficit de bureaux dans notre département

http://94.citoyens.com/2014/immobilier-de-bureaux-chute-libre-dans-le-val-de-marne-en-2013,08-01-2014.html

Nous serons nombreux à ne pas avoir fini de faire la navette Est Ouest tous les jours !

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 17:46

le Val de Marne de plus en plus auto-entreprenant

et j'en fais partie, lire cet article intéressant d'un blog citoyen local.

http://94.citoyens.com/2013/le-val-de-marne-de-plus-en-plus-auto-entreprenant,17-03-2013.html

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 22:29

Evidemment, il n'est pas au plus haut, et quand on regarde les récentes données des notaires publiées hier, ils anticipent une baisse de volume de ventes de 854000 ventes en 2011 à 700 000 en 2012, soit moins 20% ; hors chaque vente génère 2 déménagements (1 amont, un aval..., ce qui est inquiétant pour cette profession.

Certes, les propriétaires ne représentent que 45% du marché de l'immobilier, les locataires étant plus nombreux et plus mobiles. Mais l'analyse dans un autre article du blog sur les données de l'étude Clameur ne sont guère plus réjouissantes...

En effet, quand les locataires ont un bon appartement, ils le quittent de plus en plus difficilement.

Voir

http://www.maisonapart.com/edito/immobilier-gestion-du-bien/proprietaire-locataire/marche-de-l-ancien----un-encephalogramme-plat---fn-7043.php

 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0202191584555-immobilier-pour-les-notaires-la-baisse-s-estompe-348103.php

 

avec l'exemple de Cahors mentionné par Nicolas Bouzou, fin économiste connaissant désormais bien le transport

http://www.meilleurtaux.com/actualites-et-guides/l-edito-de-nicolas-bouzou/la-france-eclatee.html#xtor=EPR-46

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 11:00

 

Après le journal du net, l'internaute consacre le même dossier au déménagement, thème qui s'appelle un marronnier (*) en termes journalistiques http://fr.wikipedia.org/wiki/Marronnier_(journalisme) mais je n'aime pas trop la définition : « événement sans importance », car un déménagement, c'est important.

 

 

http://www.linternaute.com/argent/immobilier/demenagement/

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : le blog de Coeuilly et du Village parisien
  • : le Blog de Coeuilly et du village parisien
  • Contact

Profil

  • le blog de Coeuilly et du village parisien
  • 20 ans à Coeuilly et au village parisien, passionné de transport, d'urbanisme et de bonne gestion, j'en connais toutes les arcanes pour en avoir écumé entre autres toutes les boites aux lettres
  • 20 ans à Coeuilly et au village parisien, passionné de transport, d'urbanisme et de bonne gestion, j'en connais toutes les arcanes pour en avoir écumé entre autres toutes les boites aux lettres

Recherche